Je Test Vos Voitures De Projet En 2 Min

Essais cliniques de l'étude qualitative

L'assurance vie détermine par une série de particularités, qui influencent le choix des formes et les méthodes de l'analyse de la préparation et la tenue des opérations d'assurance. On peut choisir les facteurs principaux, qui influencent la méthode du compte des taux selon l'assurance vie :

Le coût réel du service d'assurance est que si est arrivé le cas d'assurance, l'assureur, par exemple, paie les dépenses de l'assuré, en lui remboursant alors le préjudice porté par lui en rapport avec l'événement passé. Il est nécessaire de définir, comme l'assureur définit pour lui-même le prix donné, qu'il se guide en train de son établissement.

La réserve d'assurance reflète la dette de l'assureur devant l'assuré. Les obligations de l'assureur portent le caractère, puisque le cas d'assurance peut ne pas se passer, et tous les moyens de l'assuré resteront chez l'assureur, la dette disparaîtra. En outre les paiements des primes d'assurance et la somme d'assurance ne coïncident pas dans le temps, et, donc, il a lieu l'effet de l'accumulation. C'est pourquoi au compte des réserves mathématiques il est nécessaire d'utiliser le coût moderne probable des obligations.

Le net-prix est la partie brut-prix ( ()), qui on peut exprimer aussi en pourcentage vers la valeur totale des paiements : (= S (X) *L (X)/100, où L (X) – brut le taux au %. De plus, L (X) = () *f, où f – la part de la charge exprimée en pourcentage. La part de la charge paie d'après les données de la comptabilité de l'assureur : où R - les dépenses, à l'exception des commissions. - la somme recueilli brut-prix selon le régime d'assurance donné, K (le %) – le pour-cent des commissions reçues par les intermédiaires selon le régime d'assurance donné, V - la part du bénéfice à brut-taux, qui l'assureur veut recevoir selon le régime d'assurance donné. À partir des formules mentionnées ci-dessus, on peut présenter le compte brut-taux par l'expression suivante : () = () / (1-f) ou () = ()/100-f du %.

Le net-prix est apporté exceptionnellement. Ici le net le tarif est égal au coût de l'annuité correspondant aux conditions des paiements de la pension, et le net-prix – l'oeuvre du net-tarif sur le montant de la pension. Les conditions des paiements, dans le cas présent, influencent l'aspect appliqué dans les comptes de l'annuité. Nous examinerons certains d'eux :

Le compte des taux dans l'assurance de retraité se fonde sur le principe de l'équivalence financière (l'égalité. Du point de vue pratique la base de tous les comptes – les annuités d'assurance. À l'application de chacun des schémas de retraité avec l'utilisation du fonds spécialisé il est nécessaire de décider deux tâches :

Mélangé sberegatel'no-d'assurance – on prévoit ici l'utilisation successive des schémas décrits plus haut, c'est-à-dire, par exemple, pendant l'accumulation on applique le schéma d'épargne, et pendant les paiements – d'assurance.

La technique du compte des tarifs d'assurance est parfaite du point de vue mathématique, cependant, elle ne se confirme pas à son application pratique. Même à une très bonne information sur les préjudices, les préjudices réels surpassent sa valeur réelle à 50 % des cas. Pour garantir aux clients la protection d'assurance, les organisations d'assurance doivent se réassurer, et vers proprement nets-prix selon le risque d'ajouter la majoration d'assurance. Elle est nécessaire pour financer les rejets accidentels du préjudice réel sur les paramètres attendus. En outre elle assure les préjudices liés aux erreurs d'information.

En appliquant ainsi de divers aspects des annuités, on peut construire de diverses variantes des schémas de retraité. Ici, comme est plus haut partout, toutes les égalités sont construites selon le principe de l'équivalence financière des obligations de l'assuré et l'assureur. À partir des égalités faites, on peut définir en dehors des versements annuels, le montant de la pension annuelle et vice versa.